Peinture à l’ocre : 3 détails qui tuent

print

La recette que j’utilise est donnée par le CAUE 21 et décrite dans le petit livret « peinture à l’ocre » de l’association terres et Couleurs.
Le livret est très pratique, mais dans les faits, il y a quand même quelques détails à préciser pour un résultat optimum. Vu que ça fait maintenant trois ans que je peins des portes et des fenêtres à l’ocre, je vous donne maintenant quelques conseils.

La recette initiale de Terres et Couleurs

INGREDIENTS

• de l’eau
• de la farine de blé ou seigle
• de l’ocre
• du sulfate de fer
• de l’’huile de lin
• du savon liquide

Pour plus de précisions sur les quantités à employer, il faut acheter le livret, l’Association Terres & Couleurs m’ayant demandé de retirer la recette en arguant de la propriété intellectuelle qui est la leur à son sujet.

Détail n°1 : Le choix des ingrédients

  • Le livret dit que la farine de seigle est bien, mais la farine blanche, c’est mieux, car elle colore moins la peinture à la cuisson, notamment dans les cas de peinture claire (ocre jaune).
  • sulfate de fer
    Sulfate de fer
  • Le sulfate de fer : on le trouve surtout en version liquide, surtout dans ma province paumée. Il est alors dilué à 33% (regarder sur le flacon). Donc pour avoir 30 gr, on met un litre de sulfate dans la peinture : il faut donc tenir compte de cet apport de liquide et diminuer un peu l’eau qu’on met initialement.
  • L’huile de lin. On la trouve à deux euros le litre en magasin de bricolage. Mmoui… En fait, toutes les huiles ne se valent pas.
    Sachez que ce qui fait l’intérêt de l’huile de lin, c’est sa siccativité = sa capacité à sécher en présence de l’oxygène de l’air. Or donc, cette siccativité est amenée par l’acide linoléique. Et, apparemment, il faut préférer la pression à froid qu’on trouve chez La Marchande de Couleurs (un fournisseur sur le web), car elle a moins d’impuretés protéiniques dans sa composition, ce qui garantit une meilleure stabilité dans le temps, et un séchage optimal…. Au détriment de l’huile extraite à chaud par solvants pas chère, trop jaune, qu’on trouve en grande surface. Or ces impuretés favorisent le développement des moisissures. De même, préférer la crue à la cuite.
  • La recette officielle de terres & Couleurs

    La cuisson de la peinture
    Prévoir presque deux heures pour tout mener à bien !

    1°) porter l’eau à ébullition
    2°) diluer la farine dans l’eau, et mélanger
    3°) Laisser cuire en mélangeant pendant peu de temps.
    4°) Ajouter le pigment et le sulfate de fer.
    5°) Faire cuire en mélangeant pendant peu de temps.
    6°) Ajouter l’huile de lin.
    7°) Faire cuire en mélangeant peu de temps.
    8°) Ajouter le savon liquide pour favoriser l’émulsion de l’huile de lin.
    9°) Laisser refroidir, c’est prêt.

    Comme vous le voyez, c’est simple. Pour avoir le détail des durées de cuisson, parce que « un peu de temps », ça ne vous aide pas beaucoup, j’ai bien compris ;-) … encore une fois, il faut acheter le livret, l’association interdisant qu’on publie la recette en ligne.

    Détail n°2 : La peinture naturelle se périme vite !

    Peinture à l'ocre
    Peinture à l’ocre bien réussie : pas de grumeaux, texture liquide, uniforme.
    Ce que j’ai remarqué et que le livret ne dit pas, c’est que la peinture est en général trop épaisse, surtout lorsqu’elle refroidit et qu’elle vire alors à la pâte épaisse. Pratique pour des volets peints à la verticale, mais ça vaut le coup de la diluer quand même un peu.
    Cependant, le détail qui tue, c’est la durée de conservation du mélange. le livret n’en parle pas du tout, mais c’est très vite périmé !
    La peinture se conserve quelques mois au frigo. Attention, même au frigo, elle peut fermenter et ne plus donner du tout la même couleur ! Si vous ouvrez un vieux pot de peinture qui sent une odeur forte, genre lisier, c’est qu’elle a tourné. Il faut la jetez : si vous peignez avec, vous obtiendrez un effet marron assez laid (j’ai essayé, j’ai dû tout repeindre ensuite).
    Le souci commence si on en prépare dix litres, et qu’il faut les stocker au frigo. Comme on manque de place, on descend le bidon en cave, et là surprise, c’est l’été, et en l’espace de quelques jours, elle commence à fermenter. Normal, la farine et l’eau, mises ensembles, font une pâte ! Dès que vous voyez des bulles apparaître à la surface, dites-vous que la peinture est en train de fermenter, et qu’il faut absolument l’utiliser le jour même.

    Détail n°3 : Dites adieu au pinceau

    La peinture à l’ocre est tenace, et ses pigments imbiberont durablement le pinceau, même après moults rinçages.
    Donc il vaut mieux prendre un pinceau pas trop cher.
    Mon conseil va vers les brosses à rechampir, pour les finitions, et sinon à la bonne vieille brosse de papier peint, avec des poils en plastique, pour les portes de grange et les surfaces où l’on va vite.