Lino : click, dalles ou rouleau ?

print

Les trois formules existent chez Forbo, le principal fournisseur de lino en France. Mais elles ne sont pas interchangeables, et le rouleau, bien que contraignant, a finalement encore de beaux jours devant lui.

Le système Marmoleum Click

Le lino click, c’est un lino encollé sur une lame de bois, un genre d’aggloméré. On emboîte les lames entre elles et le tour est joué. Les lames font 90x30cm, mais existent aussi en dalles 30x30cm. Pas besoin de colle ni de clou. Le lino (2mm d’épais), reposant sur du bois et sur du liège, devient aussi un isolant phonique. Mirifique ?
Trois défauts sont cependant là :

  • peu de coloris par rapport aux autres gammes (21 au total, souvent tristounets)
  • se découpe à la scie sauteuse, pas très pratique pour les courbes
  • rajoute 1 cm d’épaisseur mais ne joue pas le rôle d’une plaque de bois reconstitué en OSB : impossible de le poser directement sur des solives, par exemple, comme un plancher bois classique; Le click est donc est réservé aux dalles coulées en béton, ou aux parquets et carrelages existants.
  • Les dalles de lino Marmoleum Dual

    Elles existent en deux formats, 33×33 ou 50×50 cm. On les pose côte à côte, pas d’emboîtement, il faut coller.

  • La gamme des couleurs est plus sympa que pour le Marmoleum Click.

  • Lino-dallesLa voici.

  • Le principe même d’un joint encollé, c’est qu’il exige une extrême qualité de l’encollage, sinon, la dalle peut se décoller d’un coin. Ca a l’air évident de dire ça, mais quand je vois les extrêmes précautions oratoires à ce sujet martelées par Forbo USA dans une petite vidéo YouTube dont je reparlerai ailleurs (abonnez-vous dans la colonne de droite pour être averti de cet article !), je me dis qu’il doit y avoir un paquet de gens qui posent du lino n’importe comment…
  • Dalle contre dalle, est-ce si joli à l’oeil ?

  • Le joint est-il vraiment invisible ? Les marchands m’ont assuré que oui. Mais quand on regarde les exemples pris en photo sur les sites webs, ce qui saute aux yeux, c’est que les dalles sont toujours de couleurs différentes.
    Donc, j’en déduis que le système des dalles est réservé aux gens qui veulent … un dallage, un pavage coloré, et pas un sol uni.

    Les rouleaux de lino : finalement, les plus polyvalents

    Les rouleaux sont grands : 2m de large, 30 m de long. Ils sont lourds : ce n’est pas du PVC, mais du lino, donc il faut compter avec la toile de jute encollée.

  • Un choix de couleurs magnifiques

  • Vous trouverez en magasin la gamme Marmoleum Real (60 teintes) et Marmoleum Vivace (12 teintes).
    Voici un nuancier téléchargeable en PDF : NuancierLinoleumRouleau200901
    La différence entre les deux ? Real mélange deux à cinq coloris, à l’oeil c’est un effet camaïeu. Vivace assemble jusqu’à huit couleurs, parfois contrastées : l’effet est marbré, avec des motifs plus affirmés.
    Ca fait déjà 72 teintes, mais je rajoute en plus mon chouchou, la Dutch Collection. Notamment le modèle Marcel Wanders MO112, qui me semble particulièrement adapté à une problématique de salle de bains sombre (éclairage artificiel) comme la mienne.
    Enfin bref, Dutch design rajoute une petite dizaine de coloris supplémentaires : si vous ne trouvez pas votre bonheur en rouleaux, c’est à désespérer !

  • Les rouleaux se découpent au cutter, mais il faut appuyer.

  • A vrai dire, quand je vois l’épaisseur de mes échantillons de lino, j’ai l’impression qu’il faut un super cutter, mais un poseur m’a assuré que ça se découpait bien, et il n’affichait pas les biceps de Popeye, alors…

  • Les rouleaux s’encollent comme de la moquette, sur un sol lisse et propre.

  • Apparemment, la pose est assez subtile, car il faut trouver le juste équilibre entre le moment où la colle est liquide et coule trop, et le moment où elle est trop sèche. D’ailleurs, j’y consacrerai un article dès qu’on en aura fait « en vrai ».

  • Les rouleaux sont durs à trouver.

  • Il faut les commander auprès de Forbo quand on est un particulier. la bonne nouvelle, c’est que Forbo dispose de chutes. Donc qu’on ne vous oblige pas systématiquement à acheter 60 mètres carrés de lino pour une salle de bains. Enfin, ça, ça dépend de votre vendeur : le bon vendeur prend son téléphone et appelle Forbo France, lui donne la référence du lino, et bloque la quantité désirée, que Forbo lui envoie, si Forbo a des chutes bien entendu. C’est un peu le coup de chance. Le mauvais vendeur vous dit en revanche qu’il faut acheter des dalles et que le joint ne se voit pas du tout même en uni ;-)

  • Les rouleaux peuvent se poser en pièce humide.

  • Ouch ! Du lino en salle de bains, je vous entends protester, car les spécifications techniques de Forbo sont très claires là-dessus : la toile de juste enduite de résine, c’est un matériau susceptible de pourrir. Donc pas de lino en pièce humide.
    Dans les faits, c’est comme tout, en logement individuel on peut quand même réfléchir un peu. Le souci du pourrissement est celui d’une infiltration d’eau. Donc d’une plomberie défectueuse. Si c’est destiné à du logement locatif, avec des locataires qui n’en auront rien à faire des robinets qui gouttent et des bacs à douche qui se fissurent, en effet, on peut exercer sa méfiance envers le lino.
    Mais chez nous, on essaiera de ne pas laisser une fuite insidieuse s’introduire. En sachant qu’un lino imbibé d’eau gondole, donc que quelque chose attirera le regard avant le stade du pourrissement.
    Bref, le lino en rouleau est compatible avec une salle de bains, mais pas les dalles, qui multiplient à chaque joint les chances que l’eau passe sous le lino – ni le click, dont le bois redoute l’eau.